Ultimate magazine theme for WordPress.

Report du congrès extraordinaire du FLN: Il aura lieu après la présidentielle

45

Avant-hier, le coordinateur de l’instance dirigeante du FLN, Moad Bouchareb indiquait la tenue, dans les prochains jours, du congrès extraordinaire du parti, s’abstenant toutefois d’être plus précis sur le timing.

Prévu avant l’élection présidentielle, le FLN a finalement tranché la question du congrès extraordinaire qui devra désigner une nouvelle direction.

Ainsi l’Instance dirigeante du parti du FLN a décidé de fixer la date de la tenue du prochain congrès extraordinaire du parti, après l’élection présidentielle, prévue le 18 avril prochain : «Les membres de l’instance dirigeante du FLN ont décidé, à l’issue de larges concertations, le report de la tenue du congrès extraordinaire du parti, après l’élection présidentielle», a déclaré à l’APS, Saïd Lakhdari, membre de l’instance dirigeante du FLN, précisant «qu’il a été décidé de la tenue de ce congrès après cette échéance électorale qui constitue actuellement une priorité pour le parti».

Lakhdari a expliqué le report du congrès par le retard dans la préparation du congrès extraordinaire d’un parti de l’envergure du FLN qui «exige, selon lui des capacités matérielles et humaines, ainsi que suffisamment de temps», ajoutant que «l’instance dirigeante a préféré préparer convenablement ce rendez-vous important car elle mise sur l’organisation d’un congrès fédérateur et à la hauteur de la réputation du parti».  

Ce recul sur la date du prochain congrès était prévisible des l’instant ou Bouchareb a préféré attendre la convocation du corps électoral pour la prochaine présidentielle pour prendre sa décision.

Une réalité qui explique le soudain recul de Bouchareb : il est évident qu’après la convocation du corps électoral dans les délais, le FLN n’a plus le temps de tenir un congrès de «refondation».

Bouchareb a fait bien part de ses priorités : les deux options, à savoir tenir premièrement le congrès ou la présidentielle, on ne le sera qu’au gré de la décision du président Bouteflika.

«Pour le FLN, les deux étapes sont d’une importance capitale, mais la présidentielle nous importe beaucoup plus», a expliqué Bouchareb.

Ce dernier devrait encore présider le parti jusqu’à nouvel ordre. C’est pourquoi le FLN n’a tenu aucune activité politique. Le seul communiqué émis par le parti, depuis, était pour saluer la dernière décision du président Bouteflika de maintenir les élections dans leurs délais constitutionnels et l’appeler, pour l’occasion, à briguer un nouveau mandat à la tête du pays.