Ultimate magazine theme for WordPress.

La LADDH appelle à « examiner sans délais » le dossier du blogueur Merzoug Touati

35

La ligue Algérienne pour la Défense des droits de l’Homme La LADDH, a appelé, ce mardi 15 janvier, la cour suprême à « examiner sans délais » le dossier du blogueur de Bejaia Merzoug Touati, qui croupi en prison depuis deux ans.

« 18 janvier, jour pour jour, Touati Merzoug, blogueur et détenu d’opinion bouclera 02 ans de prison. La LADDH, appelle la cour suprême à examiner sans délais son dossier pour lui permettre de recourir à sa liberté et de regagner sa famille », écrit la ligue dans un communiqué.

L’ONG, réitère sa demande « pressante » pour « la libération du détenu d’opinion » Touati Merzoug, incarcéré à la prison de BLIDA, 08 mois après l’introduction du recours à la cour suprême ».

Arrêté par la police le 17 janvier 2017, suite à des publications sur son blog et les réseaux sociaux « dans le sillage des événements survenus à Béjaïa en protestation contre la loi de finance 2017 », selon, Said Salhi vice président le la LADDH. Il est poursuivi pour « incitation à attroupement armé, « incitation à réveillon contre l’autorité de l’état et pour le renversement du régime et plus grave encore pour intelligence avec l’étranger pour nuire aux intérêts du pays ». « Des chefs d’inculpations graves et lourds allant jusqu’a la peine capitale », précise Salhi.

Touati a été condamné en première instance à 10 ans d’emprisonnement, avant de voir sa peine réduite à 7 ans de réclusion criminelle, à l’issue de son procès en appel tenu le 21 juin 2018. « La LADDH qui s’est mobilisée depuis l’interpellation du blogueur, en engageant des avocats pour l’assister dans son procès a qualifiée les deux procès de « non équitable »,  car « exclusivement à charge et amplifies a base d’un dossier vide », appelant à « l’abandon des poursuites et à sa libération inconditionnelle ».

La LADDH appelle également à « la libération de l’ensemble des détenus d’opinion » et à « l’ouverture des champs d’expression démocratique et d’exercice des droits et libertés ».