Ultimate magazine theme for WordPress.

Abdellah Ghoulam Allah veut que Tamazight soit écrit… en arabe !

145

Le Président du Haut Conseil Islamique (HCI), le Dr Abdellah Ghoulam Allah, a grandement plaidé  ce mardi lors de la conférence régionale, tenue dans l’espace de la maison de la culture Mouloud Mammeri, autour du thème « Manuscrits, communication et culture au pays des Z’wawa » à ce que la transcription de tamazight soit fait avec les lettres arabes.

Le premier responsable du HCI n’a aucunement caché son aversion ni pour l’alphabet latin ni pour ses partisans. Le Dr Abdellah Ghoulam Allah, devant une assistance nombreuse et attentionnée et parmi laquelle se trouvaient des administrateurs, à leur tête, Abdelhakim Chatter, et des responsables de la première institution élue de la wilaya de Tizi-Ouzou ainsi que les représentants de la société civile ira jusqu’à qualifier de « tyrans » ceux qui appellent à la transcription de tamazight en alphabet latin.

« Si c’est pour utiliser encore l’alphabet latin, on aurait dû alors laisser l’Algérie sous domination », a-t-il clamé. Plus loin, le Président du HCI tentera de mettre en exergue les rôles majeurs de la langue arabe et le coran dans la société algérienne.

Pour le Dr Abdellah Ghoulam Allah, ce n’est que naturel que les amazighs s’identifient comme « Arabes » car c’est le coran qui les a arabisés.

C’est dans ce sens qu’il citera Abdelhamid Ben Badis, le fondateur de la Djemaïa Islamia : « Je suis Amazigh mais l’islam m’a arabisé ». Plus loin encore, le conférencier mettra un accent particulier sur l’unité du peuple algérien. Dans ce cadre précis, le Président du HCI dira que le peuple algérien partage la même religion, la même culture et la même langue, en l’occurrence l’arabe ».

Il faut relever qu’ils ont été nombreux les observateurs à qualifier les propos du Dr Abdellah Ghoulam Allah « d’intempestifs ».

Il faut noter que le Dr Abdellah Ghoulam Allah est très connu pour son « animosité » de tout ce qui est amazigh.

Lors des événements tragiques de Kabylie en 2001, il a tenu des propos insultants à l’endroit de la Kabylie. Et en guise de réponse, les responsables des aârchs d’alors, dans leur réponse, l’avaient traité de « charlatan ».