Ultimate magazine theme for WordPress.

Numérisation du service public: Installation d’une commission chargée des méthodes à adopter

41

Il faut maitriser l’introduction de la numérisation du service public, surtout lorsqu’elle n’a pas été menée correctement et graduellement, dans un pays qui n’est pas producteur de technologie. C’est ce qu’a déclaré la ministre  de la Poste, des télécommunications et du numérique Imane Houda Feraoun lors de son passage à la radio chaine 3.

Mme Feraoun note que l’installation d’une commission chargée de plancher sur les méthodes à adopter pour accélérer l’introduction de la numérisation dans les différents secteurs d’activité est « un signe fort ».

Cette commission, explique-t-elle, va constituer un cadre de concertation et de suivi chargé de s’assurer que chaque département impliqué va pleinement s’investir dans ce projet, signalant au passage que celui-ci sera épaulé par un comité technique dont la tâche consistera, dit-elle, à mettre au point le plan architectural des actions à entreprendre.

« La numérisation de l’ensemble des services une fois menée à son terme, devrait  permettre à chaque administré titulaire d’un seul identifiant, d’accéder à l’ensemble des services publics sans difficulté », assure Mme Feraoun.

En plus de la numérisation de l’état-civil, de documents d’identités et autres cartes de retraits de fonds, la deuxième étape, indique la ministre, va consister à introduire cette technologie à divers autres secteurs à l’exemple de l’administration judiciaire, pour ce qui concerne notamment la délivrance du casier judiciaire, mais également au niveau des services des impôts, de la médecine ou bien de l’éducation.