Romais

Les produits bio ont actuellement le vent en poupe. Séduisant de plus en plus de consommateurs, leur fabrication est devenue un créneau rentable. Des entreprises au niveau national commencent à s y investir. Tout en répondant aux attentes des consommateurs, ce créneau ouvre de prometteuses perspectives pour l’agriculture de montagne et l’agriculture familiale.

ROMAIS, implantée dans la commune d’EL-Kseur est l’une de ces entreprises. Elle est spécialisée dans la fabrication d’une gamme diversifiée de produits naturels. Écoutons son gérant, Hafid Khennache.

Romais

 L’Express DZ : Qu’est-ce qui a motivé le choix de vous lancer dans les produits du terroir ?

Hafid Khennache : ROMAIS est une entreprise algérienne, spécialisée dans la fabrication des condiments divers et des huiles essentielles, depuis 2015. C’est l’engouement constaté auprès des citoyens pour les produits naturels qui a été à l’origine de notre aventure dans ce secteur. Savoir que les produits biologiques protègent notre planète tout en protégeant notre santé, est en somme, un argument très fort, motivant qui vous pousse à vous y investir. Nous sommes pour la protection de notre environnement et nous œuvrons à parvenir dans l’utilisation de la matière première à zéro déchets.

Quelle est actuellement la gamme des produits-bio que vous proposez ?

Nous proposons à nos clients différents produits 100% naturels. Nous avons des vinaigres de différents fruits (figue de barbarie, figue sèche, pomme..), des huiles essentielles et des huiles végétales (lentisque, oléastre, figue de barbarie..) des jus 100% naturel sans additifs (grenade, figue sèche), des confitures naturelles, des mayonnaises…etc.

Lesquels sont les plus demandés. Et par rapport aux prix, sont-ils abordables ?

Vous savez chaque client a un penchant pour tel ou tel produit, mais nous avons constaté que la figue sèche emballée, l’huile de figue de barbarie, le vinaigre de figue sèche et de figue de barbarie s’écoulent de façon nettement supérieure aux autres produits. Pour ce qui est des prix, c’est selon ! Il y a des produits abordables mais il y a d’autres très chers. Par exemple, le litre de l’huile de figue de barbarie peut atteindre les 200.000 dinars.

Comment peut-on faire la différence entre un produit bio et un produit commun ?

Un produit bio est issu de l’agriculture biologique qui n’utilise ni OGM, ni pesticides ni engrais de synthèse. Par rapport à leurs équivalents communs, les produits biologiques ne contiennent pas de résidus de pesticides encore moins de grandes quantités de nitrates. Le mode de production d’un produit bio exclut tout usage de produits chimiques de synthèse. C’est pourquoi d’ailleurs, ils sont plus nourrissants, plus savoureux et meilleurs pour la santé. Ce qui explique parfaitement la place de choix qu’il occupe parmi de nombreux consommateurs à travers la planète.

Vous proposez des produits labellisés ?

Oui. Pour l’instant nous avons un seul produit labellisé : la figue sèche de Beni Maouche. C’est désormais un label protégé localement et à l’étranger. Elle a obtenu le 22 septembre 2016, le label IG (Indication géographique).

Vos produits sont-ils actuellement disponibles dans tout le pays ? Et à l’étranger ?

Tout à fait. Nous sommes présents à travers tout le territoire national. Nous avons actuellement des contrats avec des partenaires en Chine, en Angleterre et en Jordanie, nous attendons leur conclusion finale.

Dans quelle proportion votre entreprise participe-t-elle au développement de l’agriculture ?

On n’a pas fait pour l’heure, une étude pour déterminer le taux de participation de notre entreprise à l’essor de l’agriculture, mais une chose est sure nous contribuons de façon manifeste au développement de ce secteur stratégique. Nous encourageons les petits agriculteurs à travailler davantage leur exploitation familiale puisque nous sommes preneurs de toutes sortes de produits de l’agriculture biologique.

A part cette route non bitumée qui mène vers votre usine à El-Kseur, y a-t-il d’autres problèmes qui empêchent votre entreprise de s’étendre et de se développer davantage ?

Il y a un manque flagrant en matière première, notamment en figue de barbarie et en figue sèche. Les petits exploitants qui nous approvisionnent en ces deux fruits ne peuvent pas seuls satisfaire notre demande. Il nous faut de véritables exploitations avec des procédés culturaux biologiques pour faire face aux commandes émanant de l’étranger .Et nous avons là, des opportunités pour développer notre agriculture et par la même notre économie nationale. L’Etat doit mettre en place de nouvelles mesures incitatives pour encourager les paysans à produire davantage. Une chose est sûre pour le renouveau agricole et des produits compétitifs destinés à l’exportation, il faut la participation de tout le monde.

En plus d’aider à l’essor de l’agriculture familiale et à la création de postes d’emploi, notre but est la valorisation des produits biologiques locaux. Nous avons plusieurs atouts pour imposer les produits algériens sur le marché international. L’agriculture est un secteur stratégique, on doit tout mettre en œuvre pour son développement.