Harragas de Tigzirt: les recherches se poursuivent pour retrouver les corps ou les survivants

Malik Habib Le


Les recherches en vue de retrouver les naufragés, portés disparus en mer au large des côtes d’Iflissen depuis hier, soit à la suite de la retrouvaille de deux corps sans sur le rivage de la plage de Sidi-Khaled dans la commune d’Iflissen, se sont poursuivis aujourd’hui encore.

L’express DZ magazine est désormais disponible sur les étals

A cette opération de recherche menée par les gardes-côtes de la marine nationale, se sont joints les marins-pêcheurs de Tigzirt, Iflissen, Azeffoun et Dellys.

Notons d’emblée que les deux corps sont ceux d’un jeune homme du village d’El-Kelaâ dans la commune de Tigzirt et du passeur, un jeune homme de Dellys, wilaya de Boumerdès.

Nous devons rappeler que selon des sources dignes de foi, elles étaient onze personnes dont le passeur à prendre le large vers l’Europe, avant-hier dans la soirée,  à partir de la plage d’Ath-R’houna dans la commune d’Azeffoun.

Avec les deux corps sans vie retrouvés, il ne resterait donc que neuf personnes à retrouver. Celles-ci seraient elles toujours en vie ?  Seraient-elles mortes ? Ou chercher dans cette vaste étendue d’eau ? Notons qu’entre le point de départ de l’embarcation (Ath’R’houna) et Sidi-Khaled, lieu de repêchage des deux corps sans vie, la distance est d’au moins cinq miles nautiques.

Les recherches s’annoncent difficiles car les courants en cette saison sont souvent très forts. Il semblerait que même l’épave de l’embarcation n’est pas encore retrouvée.

Comble de l’ironie, cette tragédie est survenue au moment où le député du Rassemblement National Démocratique (RND), Tayeb Mokadem, a lancé un appel aux jeunes Algériens de cesser d’affronter les dangers de la mer même sous le prétexte de quête d’une vie meilleure en Europe.

Soulignons enfin que suite à cette tragédie maritime, les populations de la des wilayas de Tizi-Ouzou Boumerdès sont sous le choc.


Sur le Meme Thème

Scroll Up