formule 49/51

L’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil continue ses attaques en règle contre la politique du gouvernement et la formule 49/51 qui limite, selon lui la part de l’investisseur étranger à un capital qui ne dépasse pas les 49% : «Je ne peux pas être d’accord avec une règle, quelle qu’elle soit, décidée par un bureaucrate dans son bureau», précise M. Khelil qui ajoute : «Certains disent que plusieurs investisseurs étrangers ne sont pas du tout gênés par cette règle.

Ils sont même présents ici en Algérie, Oui, mais combien sont-elles, les entreprises étrangères, à ne pas être venues !», a-t-il lancé. l’ancien ministre de l’énergie s’attaque bien évidemment au premier ministre Ahmed Ouyahia qui avait institué cette règle 49/51 à l’occasion de la promulgation de la loi de finance complémentaire 2009.

Entre les deux hommes, tout le monde le sait, il existe une animosité qui remonte à très loin.