confédération des syndicats algériens
Méziane Mériane, Président du SNAPEST

L’Express-DZ : le sujet qui domine la scène syndicale ces derniers jours, celui de la création de la confédération des syndicats autonomes. Un événement jugé important du moment que cette confédération a réussi à regrouper 13 organisations. Le Snapest en fait partie. Quel est l’objectif recherché par l’installation de cette confédération ?


MMériane : Le but principal est d’unifier les forces syndicales étant donnée qu’on nous a confiné en tant que syndicat autonome, est la parole n’est donnée qu’à la centrale syndicale l’UGTA. Il est temps pour nous de changer les choses et de constituer une nouvelle force de propositions. Le moment est venu aussi de donner le choix aux fonctionnaires en optant pour la diversification du champ syndical, car ce n’est qu’en Algérie qu’on trouve une seule centrale syndicale alors que dans d’autres pays voisins comme la Tunisie, il y a plus de trois centrales syndicales.


Espérez-vous à travers cette confédération avoir un poids qui pourrait pousser les pouvoirs publics à vous solliciter dans ces diverses réunions comme la tripartite ?


Justement, nous les syndicats autonomes, on nous a toujours écartés des dialogues que ce soit pour la tripartite ou pour d’autres réunions qui concernent les fonctionnaires. On veut faire aboutir les revendications des travailleurs des différents secteurs, car pour la majorité, l’UGTA a montré ses limites dans ce sens. Ce qui se passe actuellement c’est l’inverse, l’UGTA fait actuellement du syndicalisme d’accompagnement. J’espère que notre confédération soit prise au sérieux.


Avez-vous déposé le dossier d’agrément au niveau du ministère du travail ?


Cette semaine, car il manque une seule pièce pour compléter le dossier. Il s’agit du contrat de location du siège de la confédération.


Actuellement la confédération compte 13 syndicats. Est-ce que vous faites appel à d’autres syndicats pour rejoindre la confédération ?


Absolument d’ailleurs conformément au statut adopté le 10 novembre dernier il y a un article qui stipule que la confédération est toujours ouverte à tous les syndicats qui veulent la rejoindre.