Ultimate magazine theme for WordPress.

Il dément dans un communiqué son départ du FLN: Ould Abbes fait de la résistance

15

Damel Ould Abbes contre-attaque et annonce dans la foulée qu’il est toujours le SG du FLN à travers un communiqué transmis ce samedi à toutes les rédactions nationales. Djamel Ould Abbes n’a pas démissionné de la tête du FLN. Le communiqué qui n’est pas signé mais qui porte l’entête et le seau du FLN affirme le contraire : «Le secrétaire général du FLN, le docteur Djamel Ould Abbes, affirme qu’il est en période de repos après le problème de santé dont il a été victime», écrit le FLN dans un communiqué.

Djamel Ould Abbes «affirme qu’il n’a fait aucune déclaration aux médias et dément catégoriquement tout ce qui se dit de rumeurs à propos de cette question», poursuit le communiqué. En indiquant que Djamel Ould Abbes n’a pas démissionné, le FLN ajoute ainsi à la confusion puisqu’il valide la nomination de Mouad Bouchareb lequel est ainsi comme un intérimaire en attendant le «rétablissement» de Djamel Ould Abbes. Dan la matinée, le chef du groupe parlementaire du parti Mohamed Bouchouareb a affirmé que Djamel le Ould Abbes n’avait pas démissionné de son poste : «Monsieur le secrétaire général ne s’est pas retiré et il n’a pas démissionné.

« Il est malade et nous lui souhaitons un rétablissement rapide», a-t-il déclaré à la presse.  Ces déclarations viennent démentir les affirmations d’une « source officielle » qui s’est confiée mercredi à l’agence APS. Selon cette source, Ould Abbes a décidé « de quitter ses fonctions de Secrétaire général de ce parti en raison de “soucis de santé qui lui imposent un congé de longue durée.

L’intérim sera assuré par Moab Bouchareb en attendant que les organes habilités du parti du FLN se prononcent sur son remplacement, précise-t-on de même source, a ajouté l’APS. Mais un autre responsable, ministre et membre du BP, Mahdjoub Bedda, réunissant les anciens cadres du parti de l’Est du pays, se félicitait du «changement intervenu au sein du FLN», jugeant même qu’il «est arrivé au bon moment». 

Ce communiqué du FLN a tout l’air d’une mise au point aux propos de Mahdjoub Bedda qui vient ainsi montrer son opposition à Ould Abbes. Un autre bras de fer en perspective est annoncé après celui de Said Bouhadja qui s’est terminé quinze jours plus tard par son abdication totale. Ould Abbes réussira-t-il là ou l’ex président de l’APN a échoué ? En tout état de cause cette guerre des mots annonce une lutte féroce pour le contrôle du parti a cinq mois de l’élection présidentielle.