Algérie-USA: L’accord TIFA renforce les possibilités mutuelles de commerce et d’investissement

Inès M Le


Les négociations des accords-cadres sur le commerce et l'investissement (TIFA) de 2018 ont permis aux États-Unis et au gouvernement algérien de se rencontrer et de discuter de questions d'intérêt commun dans le but d'améliorer la coopération et de renforcer les possibilités mutuelles de commerce et d’investissement. Selon un communiqué de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie, au cours des discussions, les États-Unis étaient représentés par l’Ambassadeur Desrocher et des officiels du Bureau du représentant américain au commerce ainsi que les Départements d’État, du Commerce, de l’Agriculture, du Travail et de l’Energie. Le gouvernement algérien était représenté par des officiels des ministères du Commerce, des Affaires étrangères; des Finance; de l’Energie; de l’Agriculture; du Développement rural et de Pêche; de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière; du Tourisme et de l’Artisanat ainsi que l’Office national du droit d'auteur et des droits voisins (ONDA).

L’express DZ magazine est désormais disponible sur les étals

« Je suis heureux que ma deuxième année en tant qu'ambassadeur en Algérie ait débuté la semaine dernière avec les pourparlers sur l’Accord-cadre sur l’investissement et le commerce (TIFA) de 2018 entre le gouvernements algérien et américains le 2 octobre à Washington, DC. Les pourparlers étaient ouverts et productifs. Comme le président Trump l'a dit, les États-Unis soutiennent un commerce libre, juste et réciproque, et ces pourparlers ont clairement montré que l'Algérie et les États-Unis sont engagés dans tout le spectre de nos deux économies », déclare l’ambassadeur John Desrocher.

Il poursuit que la délégation américaine a souligné l’importance des droits de propriété intellectuelle et de la protection des données pour une relation commerciale saine et la délégation algérienne a décrit les mesures prises pour garantir le respect des normes internationales en matière de DPI. En outre, la délégation américaine a mis en exergue son système généralisé de préférences (GSP), qui pourrait favoriser le développement économique de l'Algérie en supprimant les droits de douane sur les produits éligibles à l'exportation vers les États-Unis.

Pour M Desrocher, attirer d’autres investissements américains en Algérie, nécessitera plus de transparence, plus de prévisibilité et un meilleur accès aux marchés.

« Ce que j’entends le plus souvent de la part des entreprises américaines qui envisagent d’investir en Algérie, c’est que des problèmes tels que les restrictions à l’importation, la lourdeur de la bureaucratie et les mesures réglementaires et les difficultés de transfert monétaire réduisent l’attrait de l’Algérie en tant que destination des investissements. Notre rôle à l’ambassade est d’aider les entreprises américaines à comprendre ce qui est nécessaire pour réussir en Algérie et d’aider celles qui décident d’entrer sur ce marché. Beaucoup sont déjà ici et beaucoup d'autres sont intéressés. Je suis convaincu que l’intensification des échanges et des investissements avec les États-Unis contribuera à l’objectif déclaré du gouvernement algérien de diversifier et de renforcer son économie », ajoutera-t-il.

L’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie tient à réitérer son profond désir d'accroître la coopération économique entre les deux pays. « Le peuple algérien - en particulier les jeunes - est inspirant, passionné et déterminé à tracer son propre chemin. Et les États-Unis sont à leurs côtés pour les aider à atteindre leurs objectifs et leurs aspirations », conclura-t-il.


Sur le Meme Thème

Scroll Up