Café pédagogique à Bejaia : « L’école est une affaire de société avant tout »

Kahina Lamiss Le


Bejaia pionnière

Ce qui peut faire changer l’école, c’est l’émergence de nouveaux espaces de débats comme le café pédagogique de Bejaia, un espace qui répond au besoin d’échanges entre la recherche (réformes) et le terrain. C’est dans cette optique que les organisateurs du café pédagogique de Bejaia veulent sortir l’école de ses institutions et de ses infrastructures afin d’impliquer la société civile dans la gestion et la vision de l’école.

L’express DZ magazine est désormais disponible sur les étals

Un espace qui permettra de débattre sur les questions liées à l’école, au système éducatif. Notre école est en pleine mutation menée par des réformes scientifiques parfois mal comprises faute de vulgarisation et faute de communication avec le reste de la société en dehors des enceintes éducatives.

Le café pédagogique qui a été lancé depuis le milieu de l’année scolaire dernière (2017/2018), reprend du service pour cette nouvelle année scolaire dans le but d’engager des débats publics sur l’école.  Ne dit-on pas qu’il faut tout un village pour élever un enfant ? Pour son premier numéro, l’invité n’est autre que le premier responsable de l’éducation de la wilaya de Bejaia qui a accepté de se jeter dans l’arène du café pédagogique afin de parler de son secteur en public.

Une première dans les annales du secteur de l’éducation à inscrire à l’actif de son directeur M. Bader Brahim qui aura ainsi l’honneur de briser les tabous et de démystifier la relation entre le citoyen et l’école. La thématique arrêtée s’est intitulée « l’année scolaire 2018/2019, une année pédagogique charnière ». Elle est liée aux dernières directives et autres orientations de la ministre de l’éducation Mme Benghebrite qui prend le secteur de l’éducation à bras le corps pour le sortir de son marasme à travers des réformes qui visent beaucoup plus la qualité après avoir franchi le cap de la quantité.

En effet, le directeur de l’éducation accompagné par son bras droit, M. Bezza Benmansour en sa qualité de secrétaire général de la même direction, ont battu en brèche la rentrée scolaire 2018/2019 tout en se focalisant sur les objectives à atteindre pour cette nouvelle année en terme pédagogique.

« La réforme de notre système éducatif se base sur trois levier à savoir la refonte pédagogique, la gouvernance et la professionnalisation par la formation » dira en substance le premier responsable de l’éducation avant de laisser son secrétaire générale d’explique la donne sur le plan technique « l’école est un sous-système et l’élève est au centre de ce sous-système » avant d’ajouter « il y a les infrastructures, les ressources humaines et les moyens matériels. Pour faire fonctionner ce sous-système, il y a une réglementation qu’il faut respecter en la mettant en œuvre ».

A cet effet, il rappellera la loi cadre qui constitue la « constitution » de l’école alésienne à savoir la loi d’orientation la 08-04 qui fixe la politique éducationnelle de notre pays « Le premier article de cette loi fixe les objectifs par de nombreuses dispositions, et dans son deuxième article, il définit notre école qui a pour vocation de former un citoyen doté de repères nationaux. C'est-à-dire la citoyenneté, l’algérianité et l’universalité ». En somme, une première qui fera date pour un directeur exécutif de wilaya à la tête d’un secteur névralgique de surcroit. il a su et pu en espace d’un après-midi de sortir le débat des enceintes scolaire et le mettre au cœur de la société. Une initiative louable à inscrire à l’actif du café pédagogique qui mérite des encouragements et une considération particulière.

 

 


Sur le Meme Thème

Scroll Up