Le FCE se déleste de son habit politique
Forum des chefs d'entreprises

Le Forum des Chefs d’Entreprise (FCE) organise du 5 au 7 octobre 2018 à l’hôtel la Gazelle d’Or d’El Oued, la quatrième édition de son université sous le thème : « Une entreprise intelligente pour une économie nouvelle».

Pour le FCE, cette thématique s’est imposée d’elle-même, eu égard aux enjeux liés à la transformation de l’économie nationale. Dans ce contexte particulier, l’entreprise algérienne est en train d’émerger en tant que force motrice dans le développement économique et social du pays. Lors des travaux, il sera présenté les éléments saillants du plan d’action et des perspectives d’évolution du FCE qui a lui-même entamé sa mue pour s’adapter à toutes ces mutations et jouer un rôle accru dans la mise en œuvre des réformes structurelles qui transformeront durablement l’économie nationale pour améliorer ses performances et ses capacités de résilience tout en poursuivant les progrès accomplis en matière de développement humain.

« Sa contribution à l’effort de création de richesse et d’emploi s’affirme de plus en plus dans la sphère hors hydrocarbures. Cependant, la bataille de la compétitivité demeure son plus grand défi dans l’environnement mondial actuel où la survie d’une entreprise dépend de ses capacités d’innovation. Cet évènement phare regroupera des membres du FCE, des décideurs économiques, des représentants de la société civile ainsi que des experts pour échanger et débattre sur ce thème crucial », indique le FCE dans un communiqué.

Les principaux thèmes de cet événement concernent en premier lieu le capital humain continuellement performant et sans cesse adapté.

La deuxième condition est liée aux techniques de digitalisation qui constituent un puissant instrument d’organisation efficace et performante de l’entreprise.

« A la faveur de ces mutations, la carte économique mondiale se redessine à grande vitesse et le numérique est désormais, au cœur des enjeux liés à la compétitivité et à la conquête de marchés. De nouveaux acteurs entrent en jeu dans le sillage de ces évolutions, les startups qui sont porteuses d’innombrables solutions aux contraintes d’usagers divers. C’est au prix de tels efforts que le numérique peut jouer pleinement son rôle de levier de la croissance économique. Dans ce contexte, notre responsabilité est de participer à accompagner cette nouvelle dynamique, en permettant aux startups de naître et de grandir », précise le FCE dans ce sens.

La troisième condition est de mettre en place un environnement favorable pour le développement du potentiel de croissance des startups dont certaines sont vouées à être les champions économiques de demain. La quatrième condition est de mettre en œuvre une politique de développement local qui impulse une véritable dynamique territoriale.

Pour le FCE, le tableau complet de la nouvelle économie dans laquelle doit évoluer l’entreprise ne saurait se dessiner sans les énergies renouvelables qui s’imposent à la faveur d’une transition énergétique globalisée. « L’Algérie est bien positionnée pour être un fournisseur mondial d’énergie solaire après avoir été un acteur important dans l’exploration, l’exploitation et l’exportation d’hydrocarbures », ajoute-t-on.