Méziane Mériane, pédagogue et président du Snapest : « Le problème de surcharge des classes persiste »

Inès M Le


Méziane Mériane, Président du SNAPEST

L’Express-DZ : La rentrée scolaire est prévue dans deux jours. Comment s’annonce pour vous cette rentrée ?

MMériane : C’est une rentrée comme toutes les autres. Et pour cette année encore, nous retrouvons le phénomène de la surcharge des classes et un manque flagrant d’encadrement. Les problèmes récurrents de la surcharge des classes, le manque d’effectif enseignant et encadrant, une formation défaillante du corps enseignant, distribution tardive des livres scolaires, sont autant de problèmes qui reviennent chaque année. Les parents amènent leurs enfants à l’école sans être sûrs que l’école les reçoive. Il y a un manque d’enseignants et d’adjoints d’éducation pour assurer les permanences. Au niveau du Snapest, nous avons toujours dénoncé le fait que les moyens mis en place pour la prise en charge de 9 millions d’élèves sont insuffisants et ils ne peuvent pas répondre à l’objectif assigné à savoir la migration vers une école de qualité.

La rentrée scolaire de cette année intervient malheureusement dans un contexte difficile côté hygiène, avec l’apparition de l’épidémie du choléra.

Justement sur ce point, pensez-vous que les établissements scolaires ont mobilisé les moyens qu’il faut pour faire face à cette épidémie ?

Je pense que non, cette question est plus délicate aujourd’hui sachant qu’il y a des établissements scolaires qui reçoivent l’eau une fois par semaine. Aussi le besoin en matière d’effectif c'est-à-dire les agents d’entretien, est flagrant. Les bâches d’eau devaient être nettoyées et désinfectées des jours avant la rentrée scolaire et non pas un ou deux jours avant. Donc, nous craignant, en tant qu’enseignant que le manque d’hygiène soit enregistré dans nos écoles.

La rentrée scolaire de cette année est marquée aussi par l’annonce de certains syndicats d’entamer des mouvements de protestations, comme c’est le cas pour les intendants qui annoncent une grève d’une semaine dès le 09 septembre, qu’en pensez-vous ?

Malheureusement, le problème des intendants perdure dans le temps, et il faut trouver des solutions définitives à leur situation. Ils sont dans des postes de responsabilité financières dans les écoles donc il faut tenir compte de leurs revendications. Nous au niveau du Snapest nous avons toujours demandé d’établir une politique salariale claire et tenir compte des diplômes.

Aussi, il faut savoir que 85% du budget alloué au secteur de l’éducation est destiné au paiement des salaires des travailleurs. Il ne reste rien à la pédagogie. Le Snapest appelle le gouvernement à trouver d’autres ressources de financement du secteur de l’éducation nationale et  suggère l’instauration des taxes sur les grandes entreprises pour pouvoir financer le secteur. Le gouvernement ne doit pas attendre une éventuelle hausse des prix du pétrole.


Sur le Meme Thème

Scroll Up