Adlène Meddi

Le magazine culturel « Transfuge » ouvre la saison des prix littéraires d’automne en distinguant 16 lauréats dans 15 catégories en littérature française, étrangère, essai, polar ou poche. Le prix « Transfuge » du meilleur polar francophone de l’année 2018, est revenue à l’écrivain-journaliste algérien, Adlène Meddi, le pour son roman « 1994 », selon le magazine culturel français qui a publié vendredi 31 août la liste des 16 lauréats.

Paru en octobre 2017 en Algérie aux éditions Barzakh, « 1994 » paraitra en France le 5 septembre, aux éditions Rivage Noir. Le livre figure aussi parmi les dix finalistes du prix des Cinq Continents de la Francophonie dont le lauréat sera connu le 5 octobre prochain, et les treize finalistes du prix des Escales littéraires d’Alger qui sera remis le 11 octobre.

Le titre du roman représente l’année 1994 où « tout bascule pour quatre jeunes lycéens d’El-Harrach » qui « décident de former, avec leurs propres moyens, un groupe clandestin de lutte antiterroriste », selon la présentation de l’éditeur.

Adléne Meddi est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Le casse tête turc » en 2002 et « La prière du Maure » en 2008.

Fondé en 2004, « Transfuge » est un magazine mensuel français qui a pour ambition de « couvrir l’actualité culturelle contemporaine et traite particulièrement de littérature et de cinéma ».

Liste des lauréats des prix « Transfuge » 2018 de la rentrée littéraire 2018.

Meilleur roman de langue française : Lèvres de pierre de Nancy Huston (Actes Sud)
Meilleur essai : L’enfant d’Ingolstadt de Pascal Quignard (Grasset)
Meilleur premier roman : La grande idée d’Anton Beraber (Gallimard)
Meilleur roman européen : Les livres de Jakob d’ Olga Tokarczuk (Noir sur blanc)
Meilleur livre américain (ex-aequo) : Forêt obscure de Nicole Krauss (L’Olivier) et Moonglow de Michael Chabon (Robert Laffont)
Meilleur roman israélien : La maison de ruines de Ruby Namdar (Belfond)
Meilleur roman arabe : J’ai couru vers le Nil d’Alaa El Aswany (Actes Sud)
Meilleur roman hispanique : Moronga d’Horacio Castellanos Moya (Métailié)
Meilleur roman africain : L’heure de l’ange de Karel Schoeman (Phébus)
Meilleur texte de théâtre : Tous des oiseaux du ciel de Wajdi Mouawad (Actes Sud-Papiers)
Meilleur récit : Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie (Stock)
Meilleur livre d’art : L’archéologie en bulles de Fabrice Douar et Jean-Luc Martinez (Seuil)
Meilleur livre de cinéma : Federico Fellini – Le Métier de cinéaste de Rita Cirio (Seuil)
Meilleur espoir polar : Parfois c’est le diable qui vous sauve de l’enfer de Jean Paul Chaumeil (Rouergue)
Meilleur polar étranger : Prodiges et miracles de Joe Meno (Agullo)
Meilleur polar francophone : 1994 d’Adlène Meddi (Rivages Noir)