L'info c'est ici

Exportations françaises : L’Algérie parmi les pays recommandés par le MOCI

8

Selon une enquête du Moniteur du commerce international (MOCI), l’Algérie figure dans la liste des pays recommandés pour les exportations françaises en 2018.

« Bonne nouvelle pour la France, l’activité est repartie dans toutes les grandes économies, notamment la zone euro. C’est a priori dans ces pays qu’il faudra rechercher en priorité de nouvelles opportunités d’exportation. Pour autant, il ne faudra pas négliger certains marchés émergents. Notre sélection comprend aussi Algérie, Argentine, Chine, Colombie, Égypte, Pays du Golfe, Inde, Indonésie, Maroc, Nigeria, Sénégal, Vietnam », écrit le MOCI.

Selon les statistiques publiées par le ministère des Finances français l’Algérie a importé pour 4,98 milliards d’euros de produits depuis la France en 2017. Ce chiffre représente une baisse par rapport à l’année précédente puisque les exportations françaises vers l’Algérie se sont établies à 5,08 milliards d’euros en 2016. Elles s’étaient en outre établies à 6,21 milliards en 2015.

La même source précise que l’Algérie a importé des céréales depuis la France, à hauteur de 616 millions d’euros en 2017. Les préparations pharmaceutiques ont représenté pour l’Algérie 528 millions d’euros d’importations depuis la France. 497 millions d’euros ont été dépensés pour l’importation de véhicules automobiles – par des particuliers-, tandis que 377 millions d’euros de produits du raffinage du pétrole ont été importés.

Il y a également l’importation de bovins et buffles qui s’est élevée à 34 millions d’euros, tandis que l’importation volailles vivantes et d’œufs s’est élevée à 5 millions d’euros.

Aussi, l’importation de produits laitiers et fromages ainsi que d’aliments homogénéisés et diététiques ont représenté un montant combiné de 247 millions d’euros, dont 111 millions pour les aliments homogénéisés et diététiques importés. Les parties accessoires pour véhicules automobiles ont coûté pour l’Algérie 107 millions d’euros d’importations, tandis que l’importation d’ordinateurs et équipements périphériques s’est élevée à 93 millions d’euros en 2017.