Gaz de schiste : Sonatrach veut envoyer des habitants d’In Salah pour visiter des sites à l’étranger

Nadjoua Dani Le


PDG Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour

La Sonatrach veut user de tous les moyens pour convaincre les populations du grand Sud algérien de l’option d’exploitation du gaz de schiste, et les amener à mettre un terme à leur opposition à ce projet et ainsi obtenir son quitus.

Pour ce faire l’alma mater de l’Algérie va envoyer à l’étranger des habitants de la localité d'In Salah, ou les chantiers de forage du gaz de schiste ont été lancés, pour s’enquérir des biens faits de cette énergie combien même polluante.

« Lors de ma dernière visite à Aïn Salah, j’ai demandé aux citoyens de la région de designer des représentants afin qu’ils puissent visiter des sites et des installations de production de gaz de schiste à l’étranger », a indiqué ce mercredi 13 juin, le PDG du groupe, Abdelmoumène Ould Kaddour, à l’issue de la présentation de la stratégie de Sonatrach "SH2030", selon les prpos rapportés par l’Agence officielle APS.

« Ils pourront constater de visu ce qui se fait dans ces pays et à leur retour, en rendre compte ensuite à leurs concitoyens », a-t-il ajouté.

Le PDG du groupe est confiant du mode utiliser dans les pays étrangers pour l’extraction de cette énergie et en veut pour illustration les USA.  Il  explique que sa visite de quelques champs de production du gaz de schiste aux Etats-Unis lui a permis de confirmer que « cette industrie pétrolière est une industrie propre", et qu’il est  « impératif », d’expliquer cela aux algériens.

En effet, les pouvoir public ne comptent aller de l’avant dans cette démarche mais sans faire dans la précipitation. « Pour l’exploitation du gaz de schiste, on va y aller », affirme Oul Kaddour tout en rassurant cela se fera dans les normes et sans répercussions négatives notamment sur le plan  l’environnemental, à en croire le responsable.
Elle sera réalisée « de façon propre, sûre et dans le souci de tout préserver ».

En somme, elle doit se faire de manière « sage et professionnelle ». « Nous prendrons le temps qu’il faut », dixit Ould Kaddour pour convaincre.  Ce qui importe c’est la « qualité et non l’échéance et le facteur temps ».

djezzy harba

La population du sud n’est pas encore acquise pour les pouvoirs publics, elle ne cesse de dénoncer ce projet à travers des mouvements de protestation notamment à In Salah.  Le fameux voyage à l’étranger va-t-il amener les habitants du sud à de meilleurs sentiments?


Sur le Meme Thème

Scroll Up