Les pluies de ces derniers jours suscitent des interrogations

Les fortes précipitations enregistrées ces derniers jours à travers le pays n’est pas un phénomène nouveau, car des cas semblables ont été déjà enregistrés auparavant, a indiqué ce dimanche le  directeur Centre climatologique national (CCN), Salah Sahabi Abed.

Contacté par l’APS, M. Sahabi a précisé, à ce propos, qu' »il s’agit d’un phénomène qui peut arriver », citant l’exemple de la wilaya de Béjaïa qui avait « enregistré 167 mm de précipitations en juillet 2002. Ce qui était exceptionnel », a-t-il rappelé.

Interrogé sur la persistance du temps pluvieux, alors que le printemps touche à sa fin, le directeur du CCN qui relève de l’Office national de la météorologie (ONM), a précisé qu' »une étude est en cours au sein de l’office » afin de déterminer les facteurs ayant influé sur cette météorologie.

Dans le même cadre, Houaria Benrekta, prévisionniste à l’ONM, a indiqué, récemment, que la situation météorologique qui a prévalu ces dernières semaines s' »explique par un flux Sud-Ouest chaud et humide vers le Nord du pays provoquant des pluies, parfois orageuses, sur les régions côtières. La même situation a été observée dans les régions intérieures, notamment les Hauts-Plateaux qui ont connu de fortes précipitations, ainsi que des chutes de grêle ».

Elle a précisé que cette situation était « normale » et reflète « les caractéristiques météorologiques de la région méditerranéenne, connue par ses variabilités intra-annuelle et intra-saison, à l’exemple de la saison printanière de cette année qui a vu une période pluvieuse plus prolongée que d’habitude ».

Ainsi, selon les prévisions de l’ONM, pour le mois de juin la pluie sera « normale sur les régions côtières, proches côtières Ouest et Centre,  normale à légèrement au-dessus de la normale sur les régions intérieures Ouest, Centre et les hauts-plateaux Centre, et au-dessous de la normale sur les régions côtières, proches côtières intérieures et les hauts plateaux Est ».

Concernant les températures, elles seront « normales à légèrement au-dessous de la normale sur les régions côtières, proches côtières,  intérieures (Ouest, Centre et Est), les Hauts plateaux Centre et les Oasis (Biskra) », selon l’office.

Elles seront aussi « normales à légèrement au-dessus de la normale sur les régions des Hauts plateaux Ouest et Est, et légèrement au-dessus de la Normale sur le Sahara ».

Pour le mois de juillet la pluie sera à la « normale sur l’ensemble des régions du pays », alors que les températures seront de « normales à  légèrement au-dessous de la normale sur les régions côtières, proches côtières, intérieures (Ouest, Centre et Est) et les Hauts plateaux Centre, légèrement au-dessus de la normale sur les régions des hauts-plateaux Ouest et Est, et légèrement au-dessus de la normale sur le grand Sahara ». Il est à préciser que la situation « normale » signifie la condition qui se trouve proche de la moyenne statistique prise comme référence  climatologique et appelée communément normale climatologique.