Alger | 23 Juin 2018

alliance assuarance

Tewfik Hasni, expert en transition énergétique: « La Russie et l’Arabie Saoudite pourraient rompre leurs engagements sur le gel de la production »

Fella Midjek Le


Tewfik Hasni, expert en transition énergétique

« Les pays de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et non-OPEP puissent poursuivre le gel de production. Il se peut qu’à court terme la Russie réagisse », pense Tewfik Hasni, expert en transition énergétique, dans cette interview accordée à L'express DZ. Pour lui, « il est clair que les pays qui pourraient rompre leur engagement restent ceux qui disposent de capacités supplémentaires de production comme la Russie et l’Arabie Saoudite », ajoute-t-il.

Propos recueillis par Fella Midjek

Est-ce que la tendance actuelle va se poursuivre ou y aura un recul des cours? 

Tewfik Hasni : Nous constatons effectivement que les prix ont frôlé les 70 dollars pour revenir à un plafond de 65 dollars. Les raisons, sont liées à l’objectif de l’Arabie saoudite d’obtenir un bon prix des 5% des actions de l’Aramco qui ont été placés en bourse aux USA. Il fallait pour l’Arabie Saoudite faire monter les prix à 70 dollars.

L’effet  a été négatif, car cela a libéré le pétrole de schiste et de Tight oil (pétrole en roche dure proche du schiste). Actuellement les USA sont devenus les premiers producteurs de pétrole au monde avec plus de 10 millions de barils /jour.

Les experts ne pensent pas que cette tendance va se poursuivre. Le pétrole de schiste a pris une part de marché trop importante surtout en Asie. Les russes ne vont pas voir leur part de marché récupéré par les USA, sans réagir.

Quel impact sur l’Algérie ?

Tewfik Hasni : L’Algérie ne perd pas de part de marché, pour sa production actuelle. Elle bénéficie cependant, conjoncturellement d’un prix relativement élevé à 65 dollars.

Est-ce que l'Opep et les pays non Opep vont poursuivre a réduction de leur production de brut?

Tewfik Hasni : Je ne pense pas que les pays de l’OPEP et non-OPEP puissent poursuivre le gel de production. Il se peut qu’à court terme la Russie réagisse. Il est clair que les pays qui pourraient rompre leur engagement restent ceux qui disposent de capacités supplémentaires de production comme la Russie et l’Arabie Saoudite. Ces pays ont aussi des marchés captifs.

A qui profite réellement la hausse des cours du pétrole?

Tewfik Hasni : Il est évident que la hausse des prix du pétrole profite en premier aux producteurs de pétrole de schiste et tight-oil, car à 65 dollars le baril, les forages ont repris, la rentabilité est acquise à ce prix du pétrole.


Sur le Meme Thème

Scroll Up