Ultimate magazine theme for WordPress.

Le parti de Benflis préoccupé par la « confusion au sommet de l’état »

5

Le Parti Talaie El Hourriyet, de Ali Benflis, se dit « profondément préoccupé par la confusion qui règne au Sommet de l’Etat où des cercles du pouvoir s’affrontent pour un positionnement en vue des élections présidentielles au lieu de se consacrer à la recherche de solutions pour sortir le pays de l’impasse politique et apporter des remèdes à la crise économique et sociale ». Cette préoccupation, le Bureau Politique du Parti l’a exprimée ce samedi lors de la tenue de sa réunion mensuelle ordinaire.

« Les décisions et les contre-décisions, les revirements du gouvernement, les aveux d’impuissance de membres du gouvernement face au degré de dégradation de certaines situations, l’absence de cohésion gouvernementale sur des dossiers importants, les rappels à l’ordre dont l’identité de l’autorité d’origine est difficilement identifiable, ont une seule source : le vide au sommet de l’Etat », indique le parti dans un communiqué.

Pour le Parti, le régime en place s’affaire beaucoup plus à assurer sa survie par le statu-quo  qu’à œuvrer en vue du redressement de la situation du pays.

Sur la situation sécuritaire, le Bureau politique, tout en rendant hommage à l’ANP et aux services de sécurité qui traquent, dit-il, sans relâche les groupes terroristes et les bandes de la grande criminalité, exprime son inquiétude face à la persistance de la menace terroriste, dont témoignent les bilans de la lutte anti-terroriste, rendus publics par le Ministère de la défense nationale pour l’année 2017, qui commande une vigilance de la population de tous les instants.

Par ailleurs et après avoir débattu de la situation économique, le Bureau politique constate  une fois de plus que le gouvernement continu à naviguer à vue alors que les indicateurs de la crise sont toujours au rouge. « Qu’il s’agisse des résultats du commerce extérieur, de l’inflation, de la valeur de la monnaie nationale, du chômage, du coût de la vie, nous sommes loin des objectifs fixés par le gouvernement pour l’année qui s’est achevée », indique-t-on. aussi, le Bureau politique constate avec inquiétude la montée en puissance  de lobbies qui interférent dans les choix économiques du gouvernement, qu’il s’agisse du commerce extérieur, du partenariat public-privé, du montage automobile, des télécommunications, des questions de la transition énergétique et celle du gaz de schiste

Pour ce qui est de la situation sociale, le Bureau politique s’est particulièrement penché sur cette question marquée, ajoute le communiqué, par une montée spectaculaire des conflits sociaux. « Une montée des tensions sociales, au demeurant, tout à fait prévisible, du fait des politiques d’austérité menées par le gouvernement », précise le parti de Benflis.

Preuves à l’appui, le bureau politique évoque les syndicats, chômeurs, souscripteurs AADL, demandeurs de logements, habitants de bidonvilles, citoyens de villages et hameaux oubliés, étudiants et enseignants, médecins et paramédicaux , retraités, patriotes et gardes communaux, fonctionnaires des collectivités locales, employés de l’électricité et du gaz ,postiers, personnels d’Air Algérie, qui observent des grèves et investissent la rue, tiennent des rassemblements, des sit-in, manifestent, pour faire valoir leurs droits bafoués, avancer leurs revendications socioprofessionnelles ignorées, selon lui, ou demander l’accès à des services sociaux au nom de la justice sociale et de la citoyenneté. Le parti note également et avec préoccupation « l’enlisement des conflits sociaux du fait de l’attitude autiste du pouvoir en place face à la contestation de secteurs névralgiques de la société ». Il constate avec regret la persistance du pouvoir politique en place à recourir aux méthodes et aux instruments de la répression, propres aux régimes autoritaires : usage inconsidérée de la force , menace  de représailles, instrumentalisation de la Justice, répression administrative notamment les licenciements et les retenues sur salaires, discrédit des syndicats en manipulant les parents d’élèves contre les enseignants, les familles des malades contre les médecins résidents et les paramédicaux, les voyageurs contre les transporteurs . Le Bureau politique se dit également très préoccupé par la chute vertigineuse du pouvoir d’achat, et dit qu’il  continue à suivre avec préoccupation le phénomène de l’émigration illégale par voie maritime avec ses conséquences dramatiques.

Enfin, le Bureau politique a exprimé sa préoccupation pour les perturbations que connait le secteur du médicament, notamment, la pénurie de certains médicaments indispensables à une prise en charge adéquate du traitement de certaines maladies tel le cancer.