personnalités algériennes

Le dernier classement du magazine « New African », qui appartient au groupe médiatique Jeune Afrique cite quatre personnalités algériennes qui sont très présentes en Afrique. Le plus représenté et le plus médiatisé est Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères, mais aussi Leila Zerrougui, Chef de la plus importante mission onusienne de maintien de la paix au monde, en RD Congo, Ali Haddad, le président du Forum des chefs d’entreprise et M’hamed Kouidmi, le jeune entrepreneur, gérant de la start-up Business Wise.

Dans ce classement, il a été mis l’accent sur l’expertise avérée de Messahel sur les questions africaines, ce qui lui permis de rester quelques années comme ministre délégué chargé des Affaires africaines et maghrébines. Sa connaissance du dossier Libyen et Malien lui a valu le surnom de Monsieur Afrique en Algérie, affirme-t-on.  Par ailleurs, le magazine précise que Messahel tente de regagner la confiance de la communauté internationale en réitérant l’engagement de l’Algérie dans les dossiers malien et libyen.

Dressant le portrait de Leila Zerrougui, le magazine indique que dès le 1er février, elle dirigera la plus importante mission onusienne de maintien de la paix au monde, en RD Congo. « Elle compte plus de trente ans d’expérience dans le domaine du respect de l’État de droit et de la protection des civils, et a démontré ses compétences en matière de gestion et de leadership. Elle a également été Représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour les enfants et contre les conflits armés de 2012 à 2016 et Représentante spéciale adjointe du secrétaire général et chef adjoint de la Monusco de 2008 à 2012 », précise-t-on. Son parcours exemplaire auprès de la Cour d’appel d’Alger et de Blida, entre 1986 et 1997, des années qui ont embrasé l’Algérie de cette époque est également mis en avant.

Concernant Ali Haddad, on note que ce dernier poursuit sa fulgurante ascension. « Le président du Forum des chefs d’entreprise n’a que faire des critiques, même les plus virulentes ! Il se lance dans des déclarations péremptoires, quelquefois provocatrices. Au cours de la réunion tenue à Alger entre des représentants du FLN et de l’UGTA, il déclarait : « Nous ne permettrons à personne de nous donner des leçons de nationalisme économique, car nous sommes les plus au fait de la situation de nos entreprises, de notre économie et des défis qui attendent le pays. », indique-t-on sur Ali Haddad. La quatrième personnalité citée, celle du jeune entrepreneur M’hamed Kouidmi. Ce dernier est présenté comme un jeune qui déclare la guerre au chômage en Algérie à travers sa start-up Business Wise. Cette entreprise, explique-t-on, a conçu un accélérateur d’emploi algérien, le programme Mahara’TY qui offre une formation intensive pour les étudiants qui cherchent un emploi ou qui veulent créer leur propre emploi.