partenariat public-privé

Une réunion entre le patronat et l’UGTA sera organisé samedi le 23 décembre 2017 pour discuter principalement du « partenariat public-privé ».

Le président de la CNPA (Confédération nationale du patronat Algérien), Mohamed Saïd Nait Abdelaziz est le premier à s’exprimer sur le sujet.

Express-Dz : Selon certaines informations, il y aura une rencontre ce samedi regroupant le gouvernement, le patronat et l’UGTA. D’abord est-ce que vous confirmez cette information ?

M Nait Abdelaziz : Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas d’une tripartite, mais il y aura une réunion entre le patronat et l’UGTA, ce samedi, qui va s’inscrire dans le cadre des conventions qu’on a signé ensemble, c’est-à-dire dans le cadre du pacte économique  de croissance. C’est une rencontre qui entre également dans le cadre du dialogue social, de concertation et discuté surtout sur un sujet qui nous parait important, celui de la mise en œuvre d’un partenariat réel entre le secteur public et le secteur privé.

Ce n’est pas le sujet de la privatisation des entreprises publiques ?

Nous voulons effacer le terme privatisation de notre dictionnaire économique. Nous préférons utiliser le mot partenariat entre le public et le privé. Justement cette réunion va permettre aux deux parties de se rapprocher d’avantage, pour le bien de la production nationale, renforcer les outils de consultation pour déboucher sur un document afin d’ engager le partenaire social et son implication sur le terrain. Donc, on ne peut parler de privatisation, mais plutôt de créer des sociétés mixtes pour l’intérêt du secteur économique.

Qu’attendez-vous de cette rencontre ?

Vous savez la CNPA a toujours répondu présente aux différentes réunions qui concernant le développement économique du pays. Toute initiative allant dans ce sens est la bienvenue pour nous. Je ne vous cache pas que l’idée de la réunion de ce samedi vient du secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Said. Ca sera surtout l’occasion de défendre le rapprochement des deux secteurs privé et public. La rencontre permettra également de trouver ce qu’il faut pour seller un protocole d’accord lié aux engagements des deux parties