Autorité de régulation de la presse écrite
Djamel Kaouane, ministre de la communication

Le gouvernement semble à tout prix vouloir réparer la bourde commise par la majorité parlementaire en multipliant les déclarations sur l’intention de l’état de promouvoir la langue Amazighe. Après le ministre de la jeunesse et des sports, c’est au tour du ministre de la communication de s’exprimer sur le sujet.

En effet le ministre de la Communication, Djamel Kaouane a affirmé ce samedi à Alger, que la langue amazighe occupe la place qui lui sied à l’abri de toute instrumentalisation politicienne.

« Je peux assurer que le Tamazight occupe aujourd’hui la place qui lui sied et que sa promotion ainsi que son enseignement et son utilisation graduels connaissent une dynamique appréciable dans les programmes du Gouvernement, ce qui l’a met à l’abri de toute instrumentalisation politicienne », a déclaré le ministre dans une allocution à l’occasion de le commémoration du 61ème anniversaire de la création de la radio « La voix de l’Algérie libre et combattante » au centre culturel de la Radio algérienne.

A cette occasion, M. Kaouane a indiqué que « la voix de la radio secrète durant la guerre de libération nationale en langues arabe et amazigh a eu un impact majeur sur la mobilisation du peuple algérien et son adhésion autour de sa juste cause », ajoutant qu' »il était impératif de s’adresser aux enfants du même peuple dans toute sa composante linguistique, y compris le tamazight en tant que partie intégrante ».

Il faut rappeler que le rejet du parlement d’un amendement consacré dans la loi de finance 2018 a provoqué le tollé dans toute la Kabylie. Cette dernière a été le théâtre de manifestations populaires  durant plus d’une semaine.