Expulsion des migrants : LADDH et le SNAPAP répondent à Benhabylès

Nadjoua Dani Le


Des milliers de migrants transitent par l'Algérie

La ligue algérienne des droits de l’homme a déploré ce lundi 21 mai, le fait que le croissant Rouge Algérien tente d’occulter la réalité de la situation des migrants en Algérie.

LADDH, « regrette qu'une ONG censée être indépendante et participer à soulager la douleur des travailleurs migrants se mettre à vouloir cacher le soleil avec le tamis », ont écrit ses membres du bureau d’Oran dans un communiqué.

La réaction de ligue fait suite à la déclaration du CRA, dimanche, par la voix de sa présidente Saida Benhabiles, qualifiant  la pétition, « nous sommes tous des migrants », de la LADDH qui a vu une forte « adhésion » de la société civile de, « Campagne de dénigrement contre l’Algérie ».

A ce titre, la ligue rappelle que ses alertes sur l'urgence de la situation dans laquelle survivent les travailleurs migrants, ne peut que confirmer « la véracité » des termes contenus dans la pétition.

Selon elle, «beaucoup d'institutions se verront accuser pour les mauvais traitements infligés aux travailleurs migrants quand la vérité rejaillir », a t- elle précisé.

La ligue persiste et signe : « les droits humains des migrants « ne sont pas respectés par les autorités qui tentent de nous faire croire le contraire », fait- elle remarquer. Avant d’ajouter, « quand on ne respecte pas les droits humains ont dit toujours que c'est ceux de personnes qui ne le méritent pas, en l'occurrence les travailleurs migrants ». Une « logique », que la ligue algérienne des droits de l’Homme,  « refuse », appelant à cet effet à plus de « mobilisation » en vue d'aider les travailleurs migrants.

Pour rappelle, les militants de la LADDH ont, dans leur pétition, appelé le gouvernement à « cesser les expulsions des migrants », et à « leur créer un cadre légal ».

Le discours de la main étrangère ne trompe plus personne

De son coté,  le département chargé de la migration du SNAPAP signataire de la pétition, révélé que le  syndicat a fait l’objet de « menaces » de la part du Wali d’Oran, suite ses « dénonciations des expulsions collectives », constatant de ce fait que, « le CRA a été chargé de donner le change en répondant à la pétition ».

Il demande aux autorités, de laisser les observateurs Algériens «couvrir ces expulsions collectives », afin de s'assurer du « comportement respectueux des droits de l'homme », affirme le syndicat autonome dans un communiqué.

Le Snapap, « sait que plus personne ne croient ceux et celles qui parlent au nom de l'Algérie et qui ne font que porter atteinte au peu de crédibilité qui lui reste car la vérité ne peut jamais être cachée à tout le monde et tout le temps », a t-il précisé.

Ainsi, pour le syndicat, le discours sur l’implication de la main étrangère semble révolu, puisqu’il « ne trompe plus personne », car la population « n’ignore pas »  que cela est le produit de ceux et celles qui ont fait de l'Algérie, « un grand marché ouvert aux marchandises des autres pays pour faire marcher leur économie, et notamment de ceux et celles qui se soigne en Europe ou achètent des résidences, ou procèdent des comptes en Europe ».

Malgré « la répression et la menace », le SNAPAP,  ne cessera pas d'utiliser tous les mécanismes Onusiens de défense et d'alerte, conclut le communiqué.


Sur le Meme Thème

Scroll Up